mardi 16 novembre 2010

La gentillesse libérée et rock n'roll

Dans le Figaro du 22 novembre, Emmanuel analyse le succès du film de Guillaume Canet Les petits mouchoirs. On retrouve cette analyse en cliquant : ICI. La gentillesse : un remède dans une société où l'on a du mal à aimer ?
Jeudi dernier, sur le site Internet de Libération, il tchattait en direct avec les lecteurs du quotidien à l'occasion de la parution de la critique de son livre par Robert Maggiori. Ca s'écoute : ICI. Et surtout ca se lit : LA.
Bref, la gentillesse poursuit son histoire aventureuse : par la grâce des Inrocks qui consacre une gentille recension à l'Eloge (cf. ci-dessous), elle devient une vertu rock n'roll et inrockuptible.

5 commentaires:

  1. En quoi la gentillesse est rock n'roll ? Perso, ca m'évoque plutôt quelque chose d'insipide...
    Lola

    RépondreSupprimer
  2. Lola, en général les gens qui ont besoin de sensations fortes sont ceux qui ont les sens atrophiés. Notre société aphrodisiaque (Bergson) nous pousse à rechercher des sensations fortes qui nous éloignent de nous-mêmes et des autres. Cette recherche prend la forme des stupéfiants et, en général, de tous les excitants. La gentillesse n'est ni un calmant ni un excitant, mais simplement le moyen de construire de manière ponctuelle du lien social. Elle nous donne le goût des autres. En général, on ne sucre le thé et le café que lorsqu'on n'aime ni le café ni le thé. La vie est pareille. La gentillesse n'est pas un assaisonnement, mais le fleurissement même de notre quotidien où nous renaissons par un petit geste à Autrui.

    L'auteur

    RépondreSupprimer
  3. Je ne trouve pas la gentillesse insipide bien au contraire de la violence qui l'est tant elle est décevante. La gentillesse est rock&roll si on a la chance de pouvoir la savourer comme un bon morceau qui prend au tripes, et parfois la donner. Comme dit Faudel dans un bon vieux raï "c'est l'amour qui nous sauvera", comme dit Daniel Guichard ..." La tendresse...", la gentillesse est une petite vertus à faire pousser en baobab géant en chacun de nous pour un monde meilleur. Y'a pas à chiquer. Je pense que les femmes et les hommes sont gentils de manières différentes: les femmes ont la douceur en elles, les hommes la confiance et la patience quand ils/elles le reconnaissent. Quoi de plus agréable que l'environnement de la gentillesse ? Quoi de plus rassurant, bénéfique et bienfaisant ... ça n'est pas insipide, c'est juste magique et merveilleux de pouvoir la vivre, elle regorge d'émotions fortes cette gentillesse, encore faut-il avoir la chance de la connaître, de l'apprécier et la force de la garder.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Libertam,

    Quoi dire de plus? Si tout le monde pensait comme vous, mon livre n'aurait pas de raison d'être. Je rajoute juste que non seulement la gentillesse n'est pas insipide, mais qu'elle pimente nos vies d'une manière bien plus savoureuse que la violence. Reste à comprendre que la douceur est une force maîtrisée, non une faiblesse. Comme la cuisine, les relations humaines supposent par conséquent des dosages. Aussi la gentillesse est-elle un épice à consommer sans modération!

    RépondreSupprimer
  5. A force de trop vouloir la gentillesse on risque de l'afadir et de la dénaturer. N'était-ce pas vous ,cher auteur, qui vouliez changer les paroles de la Marseillaise sous prétexte de paroles sanglantes. Au moins voit-on ici que la "gentillesse" ne tombe pas dans la niaiserie au vu de cette remarquable campagne publicitaire et médiatique. Ce n'est pas respecter l'enchiridion que cela.

    Un ancien élève

    RépondreSupprimer