samedi 13 novembre 2010

Journée de la gentillesse

A l'occasion de la Journée de la gentillesse Emmanuel a été interviewé au 20 heures de France 2, le vendredi 12 novembre. Pour revoir son entretien, cliquez : ICI.  Le même jour, il a livré ses analyses dans l'émission de Faustine Bollaert sur Europe 1 "Et si c'était ça le bonheur?". Le livre est également recensé ici et encore ici. Enfin, on retrouve les réflexions de l'auteur dans les colonnes du Parisien, dans son édition du 14 : "...Ringarde, donc la gentillesse ? Eh bien, non ! pas du tout. Le concept fait même un retour en force. Le philosophe Emmanuel Jaffelin, qui vient de publier un "Eloge de la gentillesse (Bourin éditeur), la hisse même au rang de "valeur postmoderne absolue", professant que "le XXIe siècle sera gentil ou ne sera pas". "Nous sommes submergés par des valeurs très agressives, impressionnantes, explique-t-il. Alors que la gentillesse est au contraire une valeur impressionniste, subtile." On n'est pas gentil en bloc, tout le temps, mais par petites touches gratuites. "C'est la gentillesse qui peut sauver le monde, elle qui est une vraie force et non une faiblesse". Elle nous permet d'enrichir notre vie de bonheurs minuscules, en répondant à un sourire dans le métro ou en portant le cabas d'une petite mamie..."

3 commentaires:

  1. Merci d'avoir réhabilité cette vertu. De l'avoir réhabilité moralement et philosophiquement. Comment expliquez-vous le silence des philosophes sur cette notion ?
    Catherine

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Catherine,

    Le silence des philosophes est assourdissant parce qu'ils sont restés prisonniers de l'ambiguïté dans laquelle la notion de gentillesse était enveloppée. Coincée entre l'impiété qu'incarne le Gentil dans les premiers siècles du Christianisme et le privilégié qu'illustre l'aristocrate emperruqué, la gentillesse était du côté des perdants : les païens ayant perdu leur foi devant le monothéisme, les aristocrates pendus à la lanterne. C'est à la revaloriser que ce livre tend en montrant que la gentillesse rend possible une nouvelle noblesse qui ne doit plus rien au rang ou au sang, mais à l'élan qui nous pousse sporadiquement vers autrui.

    L'auteur

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Emmanuel,

    Pour être en tain de lire votre livre"Eloge de la gentillesse ,comme vous savez ,je tiens avant de vous en donner un commentaire ici et sur mon blog,à vous remercier pour cette excellente initiative...A très bientôt

    RépondreSupprimer